Top

Covid-19 : diminuer la pression hospitalière reste une urgence absolue dans les Hauts-de-France

Covid-19 : diminuer la pression hospitalière reste une urgence absolue dans les Hauts-de-France

Alors que les écoles ré-ouvrent et que s’annoncent les premières étapes de déconfinement, la FHF Hauts-de-France alerte : le système hospitalier de la région est toujours en situation de tension maximale, et ne pourra plus tenir longtemps à ce rythme ; des mesures demeurent nécessaires pour que la situation reste maitrisée.

 

Les personnels sont épuisés par des rythmes effrénés et des repos qui tardent à venir. Applaudis il y a un an, les soignants et l’Hôpital public deviennent aujourd’hui la cible des critiques : ils seraient trop alarmistes, et empêcheraient le retour à une vie plus « normale ». Les chiffres parlent pourtant d’eux-mêmes.

 

Malgré les réorganisations permanentes, amenant les capacités en soins critiques à près de 1000 lits depuis plusieurs semaines, le système hospitalier est toujours proche de la saturation.

 

Plus de 600 patients sont hospitalisés en soins critiques dans la région depuis près d’un mois, un chiffre jamais atteint lors des deux premières vagues de l’épidémie, avec un taux d’occupation des services de réanimation supérieur à 90%, parfois proche de 100% dans certains territoires. Chaque jour des dizaines de nouveaux patients arrivent dans les services ; ils sont plus jeunes, mais aussi dans un état plus grave.

 

Si les transferts hors de la région se raréfient, le système ne tient que grâce aux multiples transferts intra-départementaux et intra-régionaux qui ont lieu chaque jour, et à une communication entre les SAMU et les établissements heure par heure.

 

Certes, les taux d’incidence baissent depuis la mise en place des mesures de freinage fin mars ; ils restent cependant à un niveau élevé dans tous les départements de la région, autour de 400 pour 100.000 habitants. La décrue est lente et faible, et rien ne peut affirmer qu’ils ne remonteront pas rapidement si l’attention se relâche.

 

Tous les indicateurs des Hauts-de-France restent aujourd’hui sur un plateau haut, qui inquiète les soignants et doit appeler au maintien de la plus grande vigilance. 

 

L’accélération de la campagne vaccinale, bien que primordiale et porteuse d’espoir, n’est actuellement pas suffisante. Nous comprenons la lassitude de tous, mais il est nécessaire de continuer à prendre des mesures pour éviter de nouvelles arrivées trop massives de patients à l’Hôpital : il ne serait aujourd’hui plus en mesure de le supporter longtemps.

 


Contact presse :
Clémence de Saint Stéban, chargée de communication FHF Hauts-de-France
03 62 94 38 49 – clemence.desaintsteban@chru-lille.fr